L'Oeil de Chat, de Roger Zelazny

Publié le par Ryû

L'Oeil de Chat

Roger Zelazny 




   





Résumé : Pour remplir la mission qui lui a été confiée par le Gouvernement mondial - protéger un diplomate étranger contre une terroriste armée de pouvoirs diaboliques - William Cheval-Noir Singer doit nouer alliance avec une bête venue d'ailleurs qu'après avoir lui-même traquée, arrachée à son monde, il fait évader du Zoo interstellaire de San Diego. Et le voilà à son tour, lui, le plus grand chasseur de son temps, condamné à mort par cet être télépathe et métamorphe dont nul ne soupçonnait l'intelligence et la ruse. Sa seule chance de salut : le retour au mode de vie de ses ancêtres navajos dont, il est l'unique descendant.


Avis : Une fois de plus, Roger Zelazny nous embarque dans son monde farfelu et si particulier. Au cours de cette aventure, le lecteur suit un Navajo, Billy Blackhorse Singer, et est entraîné dans une partie de chasse singulière, haletante, onirique. Tout commence au XXIIe siècle. Le héros est donc un Navajo, considéré comme sans famille, en effet le dernier représentant de sa race, connu pour avoir chassé de nombreuses créatures dangereuses. Il est appelé afin de détruire, aux côtés d'une équipe de télépathes, une entité extraterrestre métamorphe, une Stragienne, venue assassiner une personnalité importante. Et pour cette chasse à l'extraterrestre, Singer fait appel à une créature qu'il a chassée, et enfermée dans une sorte de zoo intergalatique, une entité elle aussi métamorphe, de son nom, Chat.

Le roman peut se diviser en trois parties. Une fois l'affaire de la Stragienne classée, Singer passe du statut de chasseur à celui de chassé. En effet, Chat accepte de l'aider en échange de sa vie. Cette partie du roman se révèle époustouflante. Pendant quatre jours, Billy fuit cette créature intelligente et dotée de capacités impressionnantes. Le lecteur se fond facilement dans la peau du traqué, et la partie de chasse n'en est que plus vivante et captivante.

Sur le fond du roman, on peut trouver, en filigrane, l'utilisation du panthéon navajo. Comme Zelazny l'avait fait avec le bouddhisme dans
Seigneur de Lumière et avec la mythologie égyptienne dans le magnifique Royaumes d'Ombre et de Lumière. Ne connaissant pratiquement rien à cette mythologie navajo, impossible de repérer les éléments que Zelazny reprend à son compte. Reste que les apparitions de divinités, comme Nayenezgani, le Tueur de Monstre, en parallèle avec Singer, ou encore les éléments de création du monde contribuent à plonger un peu plus le lecteur dans ce monde onirique, si propre à l'auteur. Coïncidence ou pas, Coyotte m'a un brin rappelé celui qui « guide » Corwin vers les Cours du Chaos dans le dernier tome de son cycle.

La fin du roman constitue l'apothéose. D'une histoire relativement bien implantée, la narration vire à ce rêve omniprésent. Billy par à la recherche de son "Lui primitif", son chindi, sur une piste où le lecteur – et le protagoniste – ne savent plus trop bien où se situe la frontière du réel. Le personnage de Chat et surtout cet oeil à la fois inquiétant et fascinant constituent le pilier du roman, l'élément qui tient le lecteur en haleine, l'étincelle de ce récit.

Pour conclure... encore un roman de Zelazny que je ne regrette pas du tout d'avoir lu. Peut-être pas son meilleur, mais pas non plus un des moindres. Lecteurs qui l'appréciez, ou simplement qui aimez les récits singuliers, c'est à lire...

A noter que Seigneur de Lumière, Royaumes d'Ombre et de Lumière et L'oeil de Chat ont tout trois été réédités en un seul tome chez Lunes d'Encre (voir plus haut, première couverture).

Publié dans Inclassable

Commenter cet article

julien v. 09/11/2009 10:03


Je suis en redécuverte de Zelazny via le Bifrost n°55 justement. Je dois terminer les Prinnces d'Ambre également. Je n'ai encore lu que les 3 premiers tomes. La nouvelle "permafrost" dans le Bifost
est très bien aussi... En tout cas ta chro donne envie de le relire... Sinon la nouvelle version du livre a belle gueule!


Ryû 09/11/2009 18:47


Ouais, les couv' de chez Lunes d'Encre sont canons :) Les Princes d'Ambre, c'est ma Bible de la fantasy, il faudra que je chronique, aussi. En fait j'en ai plein de
lui à chroniquer, mais ça fait un bout de temps que je les ai lus, il faudrait que je m'y remette. Sans parler de ceux que j'ai achetés entre-temps. En tout cas, s'il y en a un que je puis te
conseiller (tous ? ;p ) c'est Royaumes d'Ombre et de Lumière, absolument ahurissant. Par contre, pas encore lu le
Bifrost, même si sur mon étagère depuis sa parution. Ah, lectures en retard :) En tout cas ravie de trouver en toi un amateur de cet auteur.