Carbone modifié - Richard Morgan

Publié le par Ryû

Carbone modifié

 

Richard Morgan

 

 

 

 

carbone-modifie

 

 

 

 

default6.gif

 

Edition : Bragelonne

Date de parution : octobre 2008

Nombre de pages : 571

 

 

 

Résumé : Dans un avenir pas si lointain, la mort n'est plus définitive : vous pouvez sauvegarder votre conscience et vos souvenirs et les réimplanter dans un nouveau corps. De fait, pour Takeshi Kovacs, mourir n'est plus qu'un accident de parcours : il a déjà été tué plusieurs fois. C'étaient les risques du métier dans les Corps diplomatiques, les troupes d'élite du Protectorat des Nations unies expédiées à travers la galaxie. Mais cette fois, on le ramène sur Terre pour mener l'enquête : un riche magnat veut élucider sa propre mort. La police a conclu au suicide. Or, pourquoi se suicider quand on sauvegarde son esprit tous les jours, certain de revenir parmi les vivants ?

 

 

Avis : Nouvelle lecture dans le cadre d'une découverte commune avec Vampires et sorcières. Et nouveau un Milady à acheter. Malgré le résumé alléchant, suite à mes expériences précédentes, j'avoue que je craignais les mêmes déboires. Eh bien pour une fois, non, j'ai eu, au final, une très bonne surprise.


Les premiers contacts avec l'histoire sont un peu difficiles, le temps de s'imprégner des concepts que nous propose Richard Morgan, il suffit juste d'accepter d'être largué quelques pages et d'intégrer petit à petit les explications : le corps humain n'est qu'une enveloppe, et les esprits des gens, digitalisés, sont contenus dans des piles corticales. Ainsi, l'humain a l'option d'avoir soit un corps organique, soit un corps synthétique, de se déplacer en virtuel. Et, bien sûr, les trafics occasionnés et les nouvelles donnes générées par ces éléments laissent au lecteur une bonne panoplie de possibles. Alors bien sûr, avec de telles inventions, on ne s'attend pas à un monde rose. L'atmosphère est vaguement inquiétante, et bien sûr, comme toujours, j'ai ressenti cet espèce de mal-être face à un scénario où la chair humaine est devenue une chose matérielle, un objet. La plume de l'auteur est avec ça fluide, mordante et efficace.


Les caractéristiques de l'histoire sont on ne peut plus plaisantes à suivre, des héros à l'environnement futuriste. Le personnage de Kovacs, mystérieux et charismatique, acquiert tout de suite la sympathie du lecteur, d'autant plus qu'il est issu des Corps Diplomatiques, espèce d'élite militaire, mais qu'il garde néanmoins une certaine humanité ; de même que le lieutenant Ortega, et certains de ses agents coiffés punk comme Bautista. On appréciera également les questions que soulève Morgan, à savoir les limites de la science (quoique ce soit un trait plus ou moins intrinsèque à la science-fiction), la question de l'immortalité – ou en tout cas d'une durée de vie rallongée par de multiples artifices – et, sans doute l'élément central du bouquin : la définition d'un être humain, puisque les entités ne sont plus, ici, rattachées à un corps bien distinct ; ainsi que la densité du contexte qu'il nous propose. Personnellement, lire quelques extensions sur le passé de Kovacs dans les Corps Diplomatique, en connaître plus sur le massacre d'Inennin et les guerres du Protectorats, ou encore sur cette fameuse révolutionnaire à laquelle il est souvent fait référence, Quellcrist Falconer, me botterait bien. Quant à l'histoire prend des allures de thriller – polar de SF absolument palpitant, où la corruption et les dessous de tiroirs peu ragoûtants sont de mise et où le lecteur suit avec angoisse la progression du héros.


Passons maintenant à ce qui m'a obnubilé tout le temps de la lecture : cette ressemblance frappante avec l'univers du manga Gunnm, de Yukito Kishiro. Là aussi, la définition d'un être humain est de mise. On y voit également la pauvreté et un monde dans lequel les classes basses sont exploitées, à la merci des requins qui ont quelque pouvoir. Classes basses montrées souvent comme droguées, parfois criminelles et incarnant vraiment la « turba » romaine, tentant de maintenir la tête au-dessus des flots, mais pas non plus montrées comme définitivement tombée dans la bassesse, mais comme possédant surtout les valeurs humains perdues par ceux qui évoluent normalement dans ce monde où chair et technologie se côtoient étroitement. Ce sont ces éléments que j'ai aimé retrouver dans Carbone modifié. Jusqu'au personnage de Trepp m'a rappelé celui de Xazi. Malgré tout, ce ne sont que ces « dénonciations » qui m'ont rappelé Gunnm, je rassure les éventuels intéressés, l'histoire est totalement différente.


En fin de compte, Richard Morgan nous sert véritablement du grandiose, un récit à l'énergie décapante, très bien monté et mené de main de maître, qui plus est intelligent, et que l'on suit avec avidité. En plus de ça, ô joie, le tout édité chez Milady et... sans beaucoup plus de 4 – 5 fautes ! (ça fera sans doute sauter les dernières craintes que j'éprouve à chaque fois en prenant un bouquin de chez eux ;p). En plus de ça, ça y est, j'ai adopté un nouvel auteur. Les deux autres tomes de la saga Takeshi Kovacs risquent de ne pas attendre longtemps avant de rejoindre ma pile de livre, ainsi que cet ouvrage dont j'ai appris il y a peu l'existence, où l'auteur s'essaie à la fantasy (Terre de héros).


En somme, non seulement de la bonne SF, mais en plus de la SF qui pourrait plaire à ceux qui apprécient les bons polars sans adorer le genre plus que cela. Quant aux défauts, je n'en ai pas spécialement relevé (plongée comme j'étais dans l'intrigue en même temps, je pense que je n'ai pas dû remarquer les petits moins). Bref, une prose et une trame de qualité : du très bon à consommer sans fin.

Publié dans Science-Fiction

Commenter cet article

Julien "Naufragés Volontaires" 28/07/2010 20:20



Un petit tour sur ton blog, car je crois que cela faisait longtemps, non?


Celui-ci je l'ai lu lors de sa sortie chez Bragelonne. Une version dédicacée par l'auteur en plus! Gagné sur le Club Bragelonne de l'époque! J'avais adoré le livre.Mais jusqu'à maintenant je n'ai
jamais lu les suites. A savoir pourquoi? Peut-être étais-je dans une phase exclusivement fantasy à ce moment là? Il est temps peut-être que je chope cela en poche chez Milady.



Ryû 06/08/2010 19:05



Ouh dédicacée, le bol *-* Par contre moi j'ai déjà choppé les suites (qui ont direct atterri dans les mains de mon père XD).



pom' 18/07/2010 18:46



je l'avais déja noté celui ci



Ryû 20/07/2010 13:48



Bonne découverte à toi dans ce cas :)



Ellcrys 12/07/2010 12:11



Ton avis me fait envie. Je débute en SF (je viens d'avoir quelques titres pour mon anniv'), mais j'avoue que le thème abordé dans ce roman, et ta chronique me donne envie. Il semble intéressant
en tout cas !



Ryû 12/07/2010 16:35



Eh bien, j'espère que tu vas le tenter. Une autre lectrice de cette lecture commune débute elle aussi en SF, et elle ne tarit pas d'éloges dessus, j'espère qu'il en
sera de même pour toi si tu le lis, c'est vraiment de la SF, accessible même aux gens qui en sont peu adeptes, et de qualité :)



LadyScar 12/07/2010 07:58



Ce livre est dans ma PAL (^_^)



Ryû 12/07/2010 16:33



Et je guette un avis ;)



El Jc 11/07/2010 22:11



J'ai trouvé les trois romans de la série très enthousiasmant. Si le premier donne éffectivement dans une ambiance polar assez glauque type Blade Runner même si l'arc narratif est résolument
différent, les deux autres tomes explorent d'autres facettes de la SF. J'ai trouvé le second très tinté cyberpunk et le dernier plus en phase avec une mouvance militariste. Quoi qu'il en soit,
c'est avec cette série que l'auteur s'est fait un nom, et ce n'est pas sans raison.



Ryû 12/07/2010 16:33



En tout cas ça y est, de mon côté, Morgan est définitivement adopté :)  Merci pour les précisions sur les tomes suivants (il va vraiment falloir que je me
plonge un peu dans les sous-genre SF. Je les connais de nom, mais quant à les définir et savoir ce que je lis, c'est plus dur ^-^). Et tu me fais penser que j'ai toujours Blade Runner à lire
(grâce à une de tes excellentes chro qui me font rajouter tant de livres à ma LaL d'ailleurs :P).