Des Milliards de Tapis de Cheveux, d'Andreas Eschbach

Publié le par Ryû

Des Milliards de Tapis de Cheveux

Andreas Eschbach




des-milliards-de-tapis-de-cheveux.jpg





default4.gif


Editeur : J'ai Lu
Collection : J'ai Lu Science-Fiction
Date de parution : 2004
Nombre de pages : 315
ISBN : 2290330132


Résumé : Quelque part aux confins de l'Empire, sur un monde aublié de tous... Une petite planète apparemment anodine. Sauf que depuis des temps immémoriaux, les hommes s'y livrent à une étrange occupation : Tisseurs de père en fils, ils fabriquent des tapis de cheveux destinés à orner le Palais des Etoiles de l'Empereur. Pourtant, une étrange rumeur circule. On raconte ça et là que l'Empereur n'est plus. Qu'il serait mort, abattu par des rebelles. Mais dans ce cas, à quoi peuvent donc servir ces tapis ? Et qui est cet homme si étrange qui prétend venir d'une lointaine planète ? Lui aussi affirme que l'Empereur est mort...


Avis :  Peu de lectures ce mois-ci avec l'approche des examens. Mais tout de même deux ouvrages à présenter, Le Bureau des Atrocités viendra plus tard. Pour le moment, l'heure en est à un ouvrage allemand sur lequel j'avais pu lire de bonnes critiques. L'histoire en elle-même, une histoire d'hommes conditionnés à fabriquer leur vie durant des tapis en cheveux sans que l'on sache pourquoi, m'avait beaucoup attirée. C'est ainsi que l'ouvrage s'est trouvé présenté comme lecture du mois de décembre sur le Cercle d'Atuan.

Il y a à la fois beaucoup et peu à dire sur cet ouvrage. Après la lecture riche offerte par Sturgeon le mois précédent, cette session a été toute autre et les discussions engendrées relativement houleuses. Pour ma part, je n'ai jamais été autant ballotée dans mes sentiments à la lecture d'un livre.

L'histoire en elle-même relève d'un certain potentiel, mais la façon dont l'auteur l'a rédigée et agencée à tout foutu en l'air. D'un côté, des chapitres présentant au lecteur de nombreuses facettes d'un monde totalement conditionné. Peu à peu, le gros plan sur la planète s'élargit, et l'on découvre que l'Empire qui régissait cette loi n'est plus, mais que les tapis continuent à affluer sans que l'on sache dans quel but. Ces chapitres en eux-mêmes sont à la fois bien pensés, et en même temps mal exploités. Nous raconter une histoire en élaborant petit à petit des tableaux représentatifs d'une caste, d'un point de vue, l'idée est plutôt séduisante. Mais je pense aussi que le procédé aurait nécessité plus de maîtrise de la part de l'auteur.

Au final, on se retrouve avec des chapitres assez disparates, des personnages auxquels le lecteur ne peut s'attacher en raison de la brièveté des passages qui concernent chacun, et surtout un côté convenu assez horripilant. Les dialogues, et contrairement à un de mes compatriotes atuanien, cela ne m'a pas tout de suite sauté aux yeux, sont pour la plupart très artificiels, les rebondissements qui essaient maladroitement de relancer le lecteur tombent souvent à plat du fait de leur prévisibilité. Je ne nierai pas quelques surprises, quelques moments où j'ai pu être émue, ni même l'enthousiasme que j'ai eu au début face à un monde plus science-fantasy que l'un ou l'autre genre. Mais le sentiment qui qualifierait le mieux cette lecture est, je pense, la frustration.

Même la fin, je pense notamment au dernier chapitre où les révélations se font, a été gâchée par une relation amoureuse particulière mal agencée dans la séquence. Lors d'un dialogue de révélation, le lecteur se trouve pris dans les considération d'une jeune femme sur ses relations amoureuses. L'épilogue achève le récit sur une note de tristesse, qui m'a l'espace d'un instant serré le coeur mais sans plus.

Somme toute, Eschbach a sans conteste eu une très bonne idée de départ, le tout c'est qu'au final, il n'a pas eu assez de dextérité pour lui donner toute l'ampleur qu'elle aurait pu avoir et la faire véritablement décoller. Une lecture donc très moyenne qui, même si je ne la considère pas comme un raté complet, ne figurera cependant pas dans mes instants lecture les plus palpitants.

Publié dans Science-Fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tigger Lilly 30/12/2009 00:28


Ton avis rejoint en plusieurs points ce que j'en pense ^^