Gunnm, de Yukito Kishiro

Publié le par Ryû

Gunnm
Yukito Kishiro








Après une période où je ne lisais pratiquement que des mangas, ou du moins, une période où tout mon fric y passait, je suis sortie hier d'une longue période de jeûne en BD asiatiques. En fait, j'ai surtout fait une pause pour deux raisons : mettre entre 6 à 10 euros pour 20 minutes de lecture est passablement frustrant, un bon livre pour le même prix me paraissait meilleur marché. Deuxième raison : la culture BD nippone autour de moi ne se résumait qu'aux éternels « best-sellers », si je puis les appeler comme ça, et entendre des gens qui se disent fans de mangas ne parler que de Naruto, Bleach et j'en passe me paraissait quelque peu restrictif. Bien sûr, j'apprécie les deux mangas cités, mais de la même manière que j'apprécierais un bouquin de gare : sympa mais juste pour passer le temps.


Bref, je disais donc que j'avais renoué avec le monde du manga. Oh, je ne vais certes pas parler d'une série très originale. Mais après ma redécouverte d'hier, je pense qu'elle mérite amplement d'être plus connue qu'elle ne l'est déjà. Je veux parler (ouh le gros suspens XD) de la série
Gunnm de Yukito Kishiro. Série que j'avais lue au collège ce qui je pense était un peu tôt.


Les neuf tomes se situent de un monde-poubelle, c'est le cas de le dire, puisque Kuzutetsu et littéralement surnommé « la Décharge » par les habitants. Au-dessus de Kuzutetsu : l'inaccessible Zalem, monde hors de portée, rêve de luxe et de sécurité pour ceux de la Décharge. Dans ce monde où la loi du plus fort règne, Daisuke Ido, réparateur d'androïdes, découvre, en cherchant des pièces parmi les tas d'ordures, une moitié de cyborg dont le cerveau n'est pas mort. Une fois réveillé, ce cyborg se montre bien mystérieux. En effet, Gally, ainsi nommée par son « père » a perdu la mémoire, et maîtrise le légendaire art martial cyborg : le Panzer Kunst. Sur les traces de Ido, Gally s'engage comme chasseuse de prime, et c'est le début de l'épopée.




Zalem



Alors certes, l'histoire est violente, sanglante et prend souvent aux tripes, mais pas gratuitement. Ce récit m'avait choquée, quelques années auparavant. La cohabitation de la chair et de la machine, les manipulations scientifiques sont en effet des sujets qui me sont difficilement supportables (et je pense que je ne suis pas la seule). Mais la création de Kishiro se révèle très réussie dans le sens où elle amène la réflexion. Dans ce monde où tout n'est que larmes, cris, désolation, où les vies s'éteignent d'un claquement de doigt, où les rêves eux-mêmes se révèlent n'être que d'amères chimères, le lecteur suit la survie de ces gens, et l'évolution de Gally. Gally qui de « jeune fille » réparée par Ido devient une tueuse à la solde de Zalem, Gally qui se demande si elle est toujours un être humain malgré le fait que ne reste d'elle que son cerveau. Malgré sa noirceur, et c'est ce que j'ai grandement apprécié, Kishiro sait parfaitement introduire des notes d'espoir. Tout n'est pas que laideur. Des gens se battent, des gens défendent ce qu'ils aiment. Et même si la réalité sanglante de Kuzutestu fini souvent par rattraper les protagonistes, le lecteur voit néanmoins, dans les coins, quelques taches de couleur. Et puis comme tout manga qui se respecte, le lecteur a droit, peut-être moins que dans un manga « classique », mais quand même, à quelques gags et quelques chibi.


La cruelle relation entre Kuzutetsu, écrabouillée, pressée, exploitée, vivant dans les déchets, et Zalem, rêve de luxe, de sécurité, de beauté, de tranquillité, de richesse, n'est somme toute qu'une vaste transposition de notre société, des relations entre les pays riches et les pays pauvres. Et la réalité de Zalem n'est, et ce malgré son statut presque déifié aux yeux des habitants de la décharge, qu'un vaste monde de corruption, où tout est propre, mais à condition de ne pas regarder ce qu'il y a derrière.
 

Alors oui, Gunnm, ça dérange de le lire, ça met mal à l'aise, ça serre le coeur. Mais ça fait aussi réfléchir, et l'on ne peut ressortir qu'abasourdi de cette lecture. J'ai beaucoup parlé du fond, mais la forme vaut aussi le coup d'oeil. Les dessins sont chouettes et vont s'améliorant, les personnages sont attachants, attention à ne pas prendre trop vite les protagonistes pour des gentils ou des méchants absolus. De toute manière, Gally elle-même possède une part d'ombre. Le tout allié à une trame réussie et travaillée, pour ma part, je ne regrette pas de m'y être replongée (par contre je me demande si ma mauvaise nuit n'est pas due à cette lecture juste avant de me coucher ^-^'').



Bref, je recommande. Je ne me suis pas encore penchée sur la relecture de la suite, Gunnm : Last Order. Maiiis je me rappelle que j'avais aussi apprécié. A suivre, donc.





 

 

Publié dans Science-Fiction

Commenter cet article

Mr. Zombi 15/12/2009 10:13


J'ai encore jamais lu ce manga, mais ça m'a bien donné envie en tout cas^^

Sinon si tu cherches quelques titres qui sortent un peu de l'ordinaire (enfin moins connus que Bleach et compagnie) je peux t'en conseiller deux trois.

Par exemple Détenu 042 de Yua Kotegawa (5 tomes en tout), Doubt de Yoshiki Tonagai (4 tomes en
tout) et Ikigami, préavis de mort de Mase Motorô (série toujours en cours), enfin y en a plein d'autres de vachement intéressants (et ça dépend
aussi de ce que tu aimes lire en fait ^^')


Ryû 27/12/2009 15:05


Merci beaucoup pour les conseils, il est vrai qu'en dehors des "classiques" je n'ai pas grand chose à me mettre sous la dent, et surtout qui me fait envie. Ikigami, je
l'ai vu fleurir ça et là, je pense que je vais tenter. Les autres aussi d'ailleurs. Merci :)


Alexielle 01/12/2009 14:26


J'avais également beaucoup aimé! Le personnage de Gally est géniale! Par contre, j'espère ne pas te casser dans ton élan mais j'avoue que je n'ai pas apprécié la suite, Gunm last order. Je pense
que l'auteur aurait dû en restait là!

Tiens, il faudrait que je m'y remette aussi aux mangas! tu viens de me donner envie! merci!


Ryû 01/12/2009 22:10


En fait, Gunnm Last Order ne serait lui aussi qu'une relecture. Pour tout te dire, j'avais beaucoup aimé, même si, moi aussi, à un degré moindre que Gunnm tout court.
Pour la raison qui m'a fait penser que Last Order se contentait de prolonger une histoire, mais que le propos de départ avait disparu au profit d'une histoire tout court. Mais je ne me souviens pas
avoir "détesté", et surtout, j'aimais beaucoup l'affinage des traits de Gally (passablement échevelée dans les premiers tomes  ).