La Cité perdue de Z, David Grann

Publié le par Ryû

La Cité perdue de Z


David Grann

 

 

 

 

cité de z

 

 

 

 

default5.gif

 

Editeur : Robert Laffont

Date de parution : mars 2010

Nombre de pages : 364

 

 

Résumé : Considéré comme le dernier des grands explorateurs victoriens, Percy Harrison Fawcett était de ceux qui s'aventuraient dans des contrées inconnues avec pour seules armes une machette, une boussole et une ferveur quasi mystique. Ce colonel passionné d'aventures avait déjà acquis de son vivant l'étoffe d'un héros : ses expéditions légendaires, suivies par une presse avide d'exploits, fascinaient le monde entier. Lorsqu'il engage en 1925 une expédition au coeur de l'Amazonie, Fawcett a la certitude qu'elle renferme un fabuleux royaume, une civilisation raffinée dotée d'une architecture monumentale. Accompagné de son fils Jack et de son ami d'enfance Raleigh, le colonel s'enfonce dans la forêt. Mais bientôt, l'expédition ne donne plus aucun signe de vie, laissant en suspens le mystère de la cité perdue. Au cours des soixante-dix années qui ont suivi, des dizaines d'aventuriers sont partis à la recherche de Fawcett et du chemin qu'il avait emprunté. Sans succès. Fasciné par cette histoire, David Grann, journaliste new-yorkais, décide en 2004 de se lancer dans son propre voyage, sa propre quête au fond de la forêt amazonienne, sur les traces de Perey Fawcett. Des préparatifs à l'exploration elle-même, en passant par l'étude de documents inédits, il s'interroge : s'agit-il pour lui de clore le mystère de la disparition de Fawcett ou de confirmer l'existence de Z, la civilisation mythique qui lui a coûté la vie ?

 

 

 

 

Avis : C'est avec un récit plein de surprises et de rêves que Le Vallon fantastique reprend officiellement du service. Le temps de récupérer des partiels, je me suis donc plongée dans l'histoire de cet homme qu'était Percy Harrison Fawcett, éclairée par les recherches du journaliste David Grann, auteur du présent ouvrage.

 

Commençons par ce qui m'a au premier abord attirée dans cet ouvrage – qui soit dit en passant, est un partenariat entre Livraddict et les éditions Robert Laffont, que je remercie pour m'avoir permis cette lecture – ce qui m'a attirée donc : la forêt amazonienne, endroit où je rêve d'aller un jour, et... l'évocation de l'homme qui aurait inspiré Indiana Jones (peut-être effet purement marketting que la présence de cet élément sur la quatrième de couverture, mais disons-le : ça marche ! ).

 

Le récit, et c'est sans doute un de ses seuls défauts, a parfois tendance à dériver un peu trop par rapport au but initial. Le début notamment, s'étire quelque peu en longueur afin d'exposer les détails de l'affaire Fawcett : qui il était, qui était sa famille, comment il est devenu explorateur, les expéditions, puis la disparition et les suites que cela a entraîné auprès du public. Passages parfois longuets mais nécessaires, ils permettent en effet de faire connaissance avec le personnage fascinant qui fait l'objet de cet ouvrage. On y découvre quelqu'un de droit, éduqué à la dure dans un pensionnat victorien, et qui fait preuve au cours de ses expéditions d'une force de volonté et d'une résistance assez hallucinants.

 

Entre récit général de la vie de Fawcett et anecdotes, le récit est plutôt bien équilibré. Le lecteur fait également connaissance avec la fameuse forêt amazonienne, ses dangers et ses pièges : insectes, maladies, terrain peu avenant, mais aussi sa beauté, qui recèle surtout de cet aspect sauvage et mystérieux de la forêt, et des Indiens qui y vivent. De fait, le personnage de Fawcett devient rapidement sympathique malgré le fait qu'il vive dans une société aux idées racistes partagée entre le mythe du bon sauvage et celui de l'Indien féroce, il s'efforce toujours de se lier d'amitié avec les peuplades, et s'indigne du comportement des occidentaux qui arrivent en conquérants et tirent sur tout ce qui bouge. Quelques anecdotes cocasses lors de ces expéditions menées à la baguette par notre homme, parfois peu ragoûtantes mais néanmoins passionnantes.

 

Mais bien plus que le récit d'un homme qui rêve d'atteindre cette fameuse cité de Z, qui daterait d'une époque plus lointaine qu'on ne le suppose et dont l'existence signifierait la présence à un moment donné de l'histoire, d'une civilisation indienne avancée et organisée, cet ouvrage constitue aussi une prise de conscience pour le lecteur. David Grann, lorsqu'il part, évoque son passage sur des lieux où Fawcett et ses équipes ont dû avancer à la machette, aujourd'hui complètement disparus. Entre déforestation, destructions de cites magnifiques, mépris de ces peuples Indiens qui vivent à l'écart du monde et actes barbares, le récit m'a plus d'une fois serré la gorge. Je n'étais pas inconsciente de ces faits, mais l'auteur nous les rend plus « proches » en les détaillants dans son ouvrage, et savoir que certaines horreurs ont encore lieu aujourd'hui fait peine à voir pour nous, qui nous érigeons en êtres civilisés cherchant à apporter notre bonne parole aux sauvages.

 

La Cité perdue de Z apporte également à la fin des éclairages historiques très intéressants et qui mettent en lumière cette obsession de Fawcett. Le lecteur est longtemps ballotté entre l'hypothèse de la mystification et celle de la réalité. Mais je n'en dis pas plus, si vous souhaitez le découvrir, je vous invite à lire l'ouvrage ;)

 

Un ouvrage très intéressant donc, et très prenant, que je ne connaissais pas du tout, malgré le nombre de personnes qu'il a inspirées, de Conan Doyle et son Monde perdu jusqu'à L'Oreille cassée de Hergé. On prend plaisir à en apprendre plus sur un homme assez hors du commun. Entre documentaire et récit presque romancé, le mélange est parfait, et l'espace d'un instant, on a presque l'impression de se retrouver, là-bas, en Amazonie...






 Partenariat :



livraddict


et

laffont

Publié dans Récit historique

Commenter cet article

El Jc 17/03/2011 01:37



Je viens  de le terminer et je ne puis que confirmer les éloges qu'il a obtenu jusqu'ici sur les chroniques que j'ai vues. C'est un excellent ouvrage, l'occasion de mêler aventure et culture
et pour moi un coup de coeur.



El Jc 02/06/2010 22:47



Oui et de cette belle unanimité s'échappe une furieuse envie de le découvrir. Chaque chronique que je lis le concernant rajoute à ce désir, celui de Ryu ne fais pas exception à la règle.



Ryû 06/06/2010 18:51



Dans ce cas, bonne découverte El Jc, j'espère que toi aussi tu prendras plaisir à passer quelques temps "dans" la forêt amazonienne ;)



Miss Spooky 02/06/2010 22:27



La prise de conscience fait toujours mal, même si on sait ce qui se passe et que la forêt disparaît petit à petit, c'est toujours un peu bouleversant d'y faire face. Le fait qu'une civilisation
ait pratiquement été exterminée par le contact avec les orientaux fait aussi de la peine, c'est dur de ne pas avoir honte de ses ancêtres parfois...


En tout cas contente qu'il t'ait plu, si ça ce n'était pas un partenariat qui fait l'unanimité, je ne sais pas ce qu'il faut !



Ryû 06/06/2010 18:50



Oui, cet ouvrage m'a pour cette raison particulièrement prise aux tripes. Il serait par ailleurs peut-être temps que j'aille voir les autres critiques dessus. Je me
suis dépêchée de le lire pour ne pas dépasser le temps du partenariat, mais je n'ai pas eu d'échos le concernant...