Les Iles Glorieuses, tome 1 : Clairvoyante, Glenda Larke

Publié le par Ryû

Les Iles Glorieuses, tome 1
Clairvoyante

Glenda Larke




Les iles glorieuses1-2 




default5.gif


Editeur : Pygmalion
Collection : Fantasy
Date de parution : octobre 2009
Nombre de pages : 345
ISBN : 2756402338 

 
Résumé : Braise Sangmêlé s'était juré de ne jamais remettre les pieds à la Pointe-de-Gorth, repaire de tout ce que les îles Glorieuses comptent de désespérés, de trafiquants, d'escrocs et de criminels sans foi ni loi, prêts à tuer père et mère pour quelques piécettes. Mais les Vigiles, qui règnent en maîtres sur l'archipel, ne l'entendent pas de cette oreille. Braise est la seule à pouvoir mener à bien une mission délicate pour leur compte: ramener le plus discrètement possible la castenelle de Cirkase en fuite. À peine débarquée, Braise se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond: son enquête se heurte au mutisme des matelots et une odeur inquiétante de magie carmine semble s'attacher au moindre de ses pas. Car, en plus d'être une combattante hors pair, armée d'une épée aux proportions exceptionnelles, Braise Sangmêlé possède le don de Clairvoyance qui lui permet de voir la magie à l'œuvre. Quoique très utile, ce talent fait d'elle une cible de choix pour les sorciers de tout poil qui n'apprécient guère qu'on se mêle de leurs projets. Autrement dit, Braise s'est encore mise dans de sales draps...



Avis : Une lecture que j'ai effectuée dans le cadre d'une lecture commune à mes camarades de Vampires et Sorcières (un peu de pub en passant ;p ). Et surtout, une lecture qui, une fois de plus, ne me branchait que moyennement au départ. En fait, c'est surtout la couverture qui m'a finalement poussée à me lancer. Au final, je dois dire que j'ai passé un excellent moment, et que malgré quelques défauts, il n'y a pas grand reproche à faire à ce livre.

Le début m'a certes quelque peu rebutée, notamment à cause du vocabulaire. La narratrice et ses commentaires m'énervaient, et les termes employés, problème de traduction ou non, je ne sais pas, mais en tout cas peu de renouvellement. Notamment, sur une seule page, trois « pour autant que je sache » à la suite. Une trame de début également un peu dérangeante en ce qui concerne les relations entre les personnages, qui m'ont parfois semblé peu crédible.

Malgré tout je me suis acharnée, et je ne l'ai pas regretté. On finit par vite rentrer dans l'histoire et s'attacher aux personnages. La forme du récit est plutôt originale, puisqu'il s'agit d'un rapport d'ethnologues ayant découvert les Iles Glorieuses, qui retranscrit le récit de l'héroïne, Braise Sangmêlé. Peu à peu, on en vient à totalement rentrer dans la peau de Braise, à suivre ses péripéties, à ressentir sa détresse. Car, autant vous le dire, ça vie n'est pas rose, et ce n'est pas le genre de héros super-trop-fort à qui rien n'arrive.

Toujours concernant les personnages, on s'attache bien vite à Tor, à Flamme, Eylsa, et surtout, mon personnage préféré, ce petit piaf nommé Ruarth Coursevent. Le principe des tatouages de citoyenneté est plutôt bien pensé. L'histoire en elle-même plonge le lecteur dans un récit de longue haleine, prenant, bien mené et rédigé d'une écriture fluide, les inconvénients de vocabulaire du début disparaissant très vite. Le seul énervement de ma part a été la rencontre avec le vilain sorcier pas beau surgi du passé, anciennement déchu mais en train de retrouver son pouvoir, et surtout, qui gagnerait la palme de super sadique.

Bref. Mis à part ça, le monde des Iles Glorieuses est très bien campé, et surtout pas manichéen. En fait, on a plutôt l'impression de voir un peu notre propre société : un peuple, les Vigiles, érigé en gendarmes du monde (et je n'utilise pas ce terme au hasard :p), porteur de belles valeurs, employeurs de Braise, persuadée de bien agir, ne sont finalement pas si immaculés que ça. On découvre une machine politique grippée, faussée. Bref, malgré le super-grand-méchant, l'histoire en elle-même n'est pas manichéenne.

Une histoire qui, si on résume, m'a emportée dans des îles lointaine, m'a fait sourire, m'a fait pleurer. Et surtout, l'espace de quelques pages, on s'y croit vraiment. Pour ma part, même si je ne le considère pas comme un chef-d'oeuvre fantasy, il rempli très largement mes exigences en la matière, et autant dire que j'ai été comblée. A lire donc, si vous passez devant, histoire de passer un très bon moment.

Publié dans Fantasy

Commenter cet article

Sandrine 18/09/2011 16:08



Je reconnais avoir eu du mal également au début, mais tout comme vous, je me suis finalement laissée emportée par ce roman. 


 


J'aime beaucoup ton article, je repasserais :)



Lord Orkan Von Deck 21/02/2010 23:21


je crois que si je n'avais pas cette maudite PàL, je me rurrais sur ce livre


Anneso 05/02/2010 21:29


un titre que je note