Un Vampire ordinaire, de Suzy McKee Charnas

Publié le par Ryû

Un Vampire ordinaire

 
Suzy McKee Charnas



 
vampire ordinaire 




default4.gif


Editeur : LGF
Collection : Le Livre de Poche SF
Date de parution : juin 2007
Nombre de pages : 413
ISBN : 2253119245 

 
Résumé : Edward Weyland, professeur d'anthropologie à l'université de Cayslin, semble un bel homme. Mais ce n'est pas un homme. C'est un vampire, un prédateur qui se nourrit de sang humain, issu d'une espèce rare et ancienne, presque dotée de l'immortalité. Les humains fascinent Weyland, et surtout leurs rêves, car lui ne rêve pas, même durant ses longues périodes d'hibernation. Et parce que les humains fascinent Weyland, il entreprend une étrange relation avec une psychanalyste. Une relation psychothérapeutique ? On peut en douter. Mais l'une et l'autre vont succomber à une fascination réciproque, bien proche de ressembler à de l'amour, cette autre forme de prédation.



Avis : Un Vampire ordinaire présente au lecteur un récit singulier, émouvant... et mitigé. Dans un premier temps, on remarquera la couverture, dont l'illustration paraît judicieuse mais dont les tons restent froids. Dommage. Heureusement que le résumé rattrape le coup, un vampire sur un divan, cela promet.

Les début du récits sont, il faut l'avouer, laborieux. Pour ma part, l'intérêt n'est venu qu'avec la deuxième partie. Le style de l'auteure est certes efficace, mais manque d'énergie et d'un petit quelque chose personnel pour faire décoller le tout. Sans parler de la trame de départ ; j'ai eu du mal à accrocher au narrateur, ou plutôt à la narratrice, même si, par la suite, l'agencement des parties s'est révélée en réalité plutôt judicieux. Quant aux personnages, toujours en ce qui concerne les deux premiers chapitres, j'ai bien cru pour de bon que j'allais décrocher devant l'improbabilité de certains d'entre eux et la tournure des dialogues, sans compter une alternance de passages prenants et d'autres insupportables d'incrédibilité. La personne de Mark, jeune garçon qui crée le premier une relation avec le vampire, a cependant réussi à sauver quelques meubles.

L'histoire s'envole réellement à partir de la troisième partie, tout autant que le style de narration prend de l'épaisseur. Il est question, pour le fameux vampire, qui a pris le nom d'Edward Weyland, de passer sur le divan. A partir de là, et la quatrième de couverture le signale à juste titre, le mythe du vampire prend une autre tournure. Il s'agit alors de penser ce vampire dans la société, dans notre société. On en apprend plus sur ce personnage, ses modes de fonctionnement, la façon dont il se nourrit et survit, ses efforts pour s'adapter à un monde construit par sa « nourriture ». C'est là également que l'agencement des chapitres prend peu à peu du sens. Dans un premier temps, le lecteur découvre cet être légendaire à travers des yeux étrangers, en l'occurrence ceux de Katje de Groot, puis apprend à le connaître à travers la vision du jeune Mark. Enfin, la vision principale devient celle du vampire, et expose ses doutes, ses difficultés, pose la question de son éventuelle humanité en tant qu'être pensant et doué de sentiments. Car le vampire Weyland est un vampire qui s'attache à ne voir les humains que comme du bétail, afin de se préserver de toute atteinte, justement, par les sentiments. Et c'est ce passage sur le divan d'une psychanalyste qui va tout chambouler.


La sensibilité avec laquelle le thème est traité est très bien exploité ; le lecteur rentre très bien dans le jeu du vampire, suit avec angoisse ses difficultés – et les comprend -, est lui aussi pris de doute quand Weyland se rend compte qu'il s'est bien trop impliqué dans la vie de ceux qu'il chasse pour se nourrir.

Certains éléments du mythe traditionnel du vampire ont été gardés, et d'autres détails, moins connus, ont été remis au goût du jour, si l'on peut dire, comme l'évocation d'un Vlad Dracul ou le fait que ce vampire ne possède pas, pour se nourrir, les fameux crocs mais un aiguillon
. Ces détails sont appréciables dans le sens où ce personnage légendaire échappe ainsi à l'impression d'un recyclage des ingrédients habituels tout en ré-évoquant des éléments peu courants.

De manière plus plus globale, ce roman, malgré un départ un peu cafouillant, se révèle plutôt accrocheur et réussit à entraîner le lecteur dans une histoire prenante, parfois émouvante et qui, passés les deux premiers chapitres, se révèle plutôt difficile à lâcher. En somme, une façon plutôt intéressante de « réinventer », même si cette réinvention n'en est pas vraiment une, le mythe du vampire, et qui mérite que l'on s'y attarde un instant.



Vers d'autres critiques : Rêveries littéraires.






 Partenariat :



livraddict


et


080207 Poche 

 

Publié dans Fantastique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pikachu 09/02/2010 22:12


La partie avec Floria m'a beaucoup plu aussi. En revanche la couverture ne m'aurait pas poussé à lire ce livre !
Au final, Un vampire ordinaire me laisse un bon goût dans la bouche (pas celui du sang hein) !


Ryû 11/02/2010 23:17


La couverture, à moi non plus, ne me donnait pas trop envie. Mais je trouve qu'elle s'accorde bien avec le titre. Même si bon, c'est vrai que c'est un élément de
marketting, donc quand ça fait fuir le client, ce n'est pas très malin XD


Jennifer 26/01/2010 14:54


J'ai apprécié de lire ton commentaire! J'ai moi aussi lu ce livre que j'ai commenté aujourd'hui; et mon commentaire diffère quelque peu du tien : je n'ai vraiment pas apprécié cette lecture!! Je me
suis permise de mettre un lien vers ton article dans mon commentaire, ici 
@ bientôt pour d'autres lectures communes ;) 


Ryû 26/01/2010 18:06


Merci à toi :)

C'est pas bête cette idée de faire des liens entre les articles. J'ai déjà vu plusieurs fois faire mais je n'y pense jamais. Je profite de l'occaz' pour commencer


flof13 25/01/2010 13:33


Il y avait de bonnes idées, mais dommage, ça ne décolle pas, pour moi... et je rejoins l'avis de Matilda, j'ai failli abandonner plus d'une fois, j'ai du me forcer pour le finir !


Ryû 26/01/2010 18:03


Une chose est sûre : c'est moyen. Pour ma part j'ai essayé de positiver, et ce n'était certes pas le pire livre que j'aie lu, donc c'est à peu près passé ;)


Véro 23/01/2010 19:06


Bon n'étant pas branchée vampire à la base, j'avoue que ce n'est pas ce roman qui me fera changer d'avis donc, je passe !


Taliesin 23/01/2010 17:58


Je l'avais vu en librairie y'a quelques temps et il ne m'avait pas du tout attiré, après je crois me souvenir que j'avais lu un commentaire un peu cassant, et maintenant toi qui dis que tu as bien
aimé, et l'on sent bien que ce n'était pas une lecture extraordinaire pour toi... Donc peu de chances que je le lise...


Ryû 23/01/2010 19:02


Non, effectivement, ce n'est pas vraiment une lecture extraordinaire. Après je pense que je suis plutôt du genre bon public. En lecture quand on ne sait pas trop sur
quoi jeter son dévolu, je pense que ça peut aller, mais en définitive, il ne faut pas que le lecteur soit trop exigent ou attende quelque chose.