Xanth, tome 1, de Piers Anthony

Publié le par Ryû

Xanth, tome 1
Lunes pour Caméléons
 
Piers Anthony 



 





Résumé : Xanth est un monde enchanté où règne la magie, un monde peuplé de chimères - centaures, basiliques, dragons - et où chaque citoyen possède un pouvoir spécial. Mais pour Bink, Xanth n'a rien d'un pays de contes de fées : il est le seul à ne pas avoir de don. Le Magicien Humfrey affirme pourtant que le pouvoir de Bink est très puissant, mais il est incapable d'en déterminer la nature. Bink serait-il contraint à l'exil ? Le jeune homme ne l'entend pas de cette oreille. Ainsi commence l'une des sagas de Fantasy les plus célèbres du monde, pleine de péripéties, de jeux de mots et de créatures caractérielle !



Avis : Helà oui, cela fait un certain temps que je n'ai pas chroniqué de livre sur le Vallon Fantastique, aujourd'hui je reprends du service. Enfin, je ne veux pas dire que je l'avais abandonné, loin de là. Disons qu'avec la lecture des Bienveillantes, qui traîne en longueur, et l'approche des examens blancs, je n'ai pas vraiment le temps de faire avancer les choses. De toute façon, le bouquin de Littell ne devrait pas tarder à suivre, pour le moment, il sera question ici du premier tome de Xanth, Lunes pour Caméléon, de Piers Anthony, que j'ai lu dans le cadre d'un forum de lecture communautaire (auquel il faudra que je songe à consacrer un article).

Dans un premier temps, le livre ne me tentais vraiment pas du tout. Couverture qui ne me plaisais que moyennement, critiques lues assez moyennes, et publication chez Milady, l'édition sur laquelle je fais une ficette depuis certains déboires avec un Légende de David Gemmell. Bref, je me suis finalement laissée embarquer dans l'aventure, et force m'a été de reconnaître que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.

Les débuts ont été certes un peu laborieux, surtout dû au fait que j'ai eu auparavant une expérience un peu malencontreuse avec le premier tome des Annales du Disque-Monde. Du coup les jeux de mots et autres farces en fantasy, autant vous dire qu'elles me hérissaient un peu le poil. Finalement les choses se sont révélées différentes. Les jeux de mots, certes, sont parfois lourds, et d'après ce que j'ai pu lire de mes chers co-lecteurs (dont vous pouvez visiter les blogs dans les étapes pour Bibliophage du menu de droite), ont été rajoutés (en quelle proportion je me le demande) par le traducteur. Quelques-uns étaient un peu facile, mais plus le récit avance, plus on se prend au jeu, d'autant que certaines facéties se sont révélées par la suite fort divertissantes. Sans compter qu'en dehors de ces jeux de mots, l'auteur fait parfois de subtiles clins d'oeil ; je repense notamment à cette référence, un peu moqueuse, au paradis, à laquelle je n'ai pas fait tout de suite attention mais qui m'a frappée de plein fouet lorsque je tapais ma critique sur le Cercle.

L'histoire en elle-même est plutôt drôle ; le héros, Bink, dépourvu de pouvoir magique, nous fait souvent part de ses considérations sur l'étrange monde qu'est Xanth. Et ces réflexions prennent d'ailleurs une place importante dans le livre. On retrouve en effet régulièrement des passages expliquant de manière scientifique les relations entre Xanth et la magie, son influence sur les êtres-vivants, et plus particulièrement les humains. Ces paragraphes sont très bien pensés, et sont pour beaucoup dans le plaisir que j'ai pris à lire cette aventure.

Les pouvoirs magiques dont sont pourvus les humains, à Xanth, sont farfelus, ainsi que les créatures qui le peuplent, que ce soit la faune ou la flore. Les compagnons de Bink se révèlent attachants pour la plupart, cela va du Bon Magicien à Humphrey à la fameuse Caméléon, en passant par le mystérieux Magicien Maléfique, Trent. Et au plus grand bonheur des adeptes de créatures imaginaires / mythologiques, les références sont foisons. Le récit principal échappe également aux travers convenus des livres de fantasy. Pour tout vous avouer, même si dans les grandes lignes à une ou deux occasion j'ai pu percevoir la suite des événements, l'histoire n'est pas du tout une suite d'événements attendus. L'auteur parvient au contraire à donner à Xanth des allures de conte tout en renouvelant régulièrement la surprise et le ravissement du lecteur.

Bref, pour conclure, Xanth n'est pas un bête recueil de facéties linguistiques, et se lit très facilement et de manière ludique, arrachant des sourires, voire des éclats de rire, suscitant même quelques instants d'émotions, que ce soit avec cette manticore qui se demande si elle a une âme, ou de manière plus « relationnelle » vis-à-vis des protagonistes.

Un très bon livre donc, divertissant mais pas non plus stupide, qui passe comme une lettre à la poste . Me voilà par la même occasion réconciliée avec la light fantasy. Bref, un livre que je conseille très vivement à ceux qui se demanderaient encore s'ils doivent le lire :)

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Spocky 01/11/2009 11:42


J'ai moi aussi beaucoup apprécié ce livre qui est très agréable à lire.


Acr0 31/10/2009 16:04


Ah, j'ai oublié d'ajouter que j'ai lu pas mal d'articles sur Xanth, et apparemment la traductrice n'aurait pas rajouté de jeux de mots... mais qu'au contraire, elle s'en était sortie comme une chef
(malheureusement impossible de citer les sources, je ne m'en souviens plus)


Ryû 02/11/2009 18:15



Dans ce cas je vais chercher, ça m'intéresse. Merci des précisions en tout cas ^-^



Acr0 31/10/2009 16:02


Finalement, avec le Cercle d'Atuant, cela permet de faire des découvertes qui ne nous attiraient pas de prime abord.
Et tu as très bien résumé, il passe "comme une lettre à la poste" :D


Ryû 02/11/2009 18:14



Oui, et c'est tant mieux, ça veut dire que le Cercle a atteint son but ;)



Olya 31/10/2009 09:16


J'approuve, très bon livre, pour passer un bon moment :)